Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-02 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
Dans le cas de cette famille voulant ceder son bien immobilier, la donation notariée est obliagtoire au yeux de la loi
 

La donation notariée, un acte irrévocable mais avantageux

La donation notariée permet de transmettre, de son vivant, des biens aux héritiers ou à un tiers, et donne lieu à des abattements fiscaux. Un acte irrévocable.

 
Faire une donation à ses héritiers de son vivant, c’est anticiper la transmission du patrimoine, et éviter le paiement de droits de succession. Cet acte notarié de donation permet d’aider un héritier qui a un besoin financier urgent par exemple. Car le don est irrévocable et immédiat, dès lors que l’acte est écrit et signé par le donateur devant notaire. 
À la différence de la donation manuelle qui permet de transmettre des sommes d’argent, des meubles, bijoux, œuvres d’art, etc., ou encore des actions et obligations de la main à la main, sans aucune formalité. 

La donation notariée pour profiter d’abattements fiscaux

L’acte notarié de donation donne lieu à des abattements fiscaux, qui sont accordés tous les 15 ans, en prenant pour date de départ la première donation. 
Pour une donation aux enfants, il peut ainsi être transmis jusqu’à 100 000 € par parent et pour chaque enfant, sans avoir de frais de succession à payer. Chacun peut donc recevoir jusqu’à 200 000 €, en une ou plusieurs fois, en respectant la période de 15 années. Pour les petits-enfants, le plafond de l’abattement pour chaque donateur est ramené à 31 865 € (en 2016), et à 5 310 € pour les arrière-petits-enfants. 
Cette solution permet d’organiser son patrimoine, par exemple en cédant la nue-propriété de son bien immobilier ou en effectuant une donation en échange d’une rente pour disposer d’un complément de retraite.

La donation-partage et la succession

Dans une donation notariée simple, la valeur des biens transmis ou de ceux acquis en remplacement est définie au jour de la succession, entraînant un rééquilibrage entre les héritiers. À l’inverse, la donation-partage change le rapport à la succession. Les biens inclus dans la donation sont considérés comme définitivement répartis entre les bénéficiaires au jour du partage. 
Par exemple, un père effectue une donation de 100 000 € à chacun de ses trois enfants. Deux d’entre eux dépensent la somme pour l’achat de biens courants, tandis que le troisième l’utilise pour acheter un bien immobilier, valorisé à 300 000 € au jour de la succession, après le décès du père. 
Dans le cas d’une donation dite simple, c’est la somme initiale majorée des intérêts qu’elle a donnés qui est retenue comme ayant été donnée au troisième frère, soit 300 000 € et non 100 000 €. De ce fait, il devra partager sa plus-value avec les deux frères qui recevront chacun 200 000 € de plus que le troisième. 
Pour éviter cet effet défavorable, mieux vaut opter pour une donation-partage, car c’est la somme reçue au moment de la donation (100 000 €) qui est prise en compte au moment de la succession, et non pas le montant valorisée. Le partage est réellement égalitaire. 

Les clauses particulières associées à la donation

Toute donation peut être associée à des clauses spécifiques. Notamment, la clause du droit de retour permet au donateur de récupérer dans son patrimoine les biens donnés en cas de décès du donataire sans descendance. 
La clause d’interdiction d’aliéner et de mise en garantie permet, elle, de garder un contrôle sur les biens donnés, tout en profitant des avantages successoraux qui y sont liés. Par exemple, elle peut interdire leur vente sans accord préalable, ou l’autoriser seulement pour financer des études ou acheter une résidence principale. 
La donation notariée constitue donc une excellente solution pour la transmission de son patrimoine, tout en bénéficiant d’abattements fiscaux. En même temps, elle peut être modulable pour protéger ses biens.
 

Conseil de l'assureur

nn
 
Si aucun bénéficiaire n’a été désigné sur un contrat d’assurance-vie, le capital est partagé entre les héritiers. Il est soumis aux droits de succession. Contactez votre Agent général Gan Assurances si vous souhaitez ajouter un bénéficiaire.
 

Cet article vous a plu ?

Notez cet article

Partagez-le sur

 

Nos solutions d’assurance pour être "assuré d'avancer"

 

Nos autres articles

  • nada

    Comment renoncer à son héritage avec le pacte successoral ?

    Il est tout à fait possible de renoncer à son héritage. Pour ce faire, il faut signer un pacte successoral, encore appelé renonciation à l’action en réduction.

  • Une famille tout sourire, sans doute réjouit d'avoir obtenue son prêt immobilier après une longue période d'attente

    Héritage : le conjoint survivant peut-il rester dans la maison ?

    Le conjoint survivant n’a pas toujours le droit de rester dans la maison qu’il occupait avec le défunt. Marié, pacsé ou concubin : que dit la loi ?

  • Un aide soignant à domicile  vient en aide à cette personne agée qui necessite de la  compagnie et une assitance au quotidien

    Succession : comment mieux protéger son conjoint ?

    En matière de succession, le conjoint survivant bénéficiera automatiquement d’une part des biens du défunt, qui dépend entre autres du nombre d’enfants. Pensez à la donation au dernier vivant.

« 1 2 »