Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-03 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
Gan Assurances : les compagnies ancêtres du Gan
 

Corporate > Notre histoire > Ancetres du Gan

 

Les nouvelles générations de compagnies ancêtres du GAN

Au cours de la IIIe République, de nombreuses compagnies assurant les risques les plus divers apparaissent. L’industrialisation et l’évolution des transports conduisent à la création de sociétés couvrant de nouvelles séries d’accidents mais cette prolifération témoigne de l’évolution des mœurs.

 

Le Soleil Accident, créateur des assurances collectives (1865-1880)

nada
En 1865, naît la Sécurité Générale, compagnie à primes fixes pratiquant les assurances contre les accidents du travail. Elle aura pour vocation « de suivre le travailleur partout : aux champs, à l’atelier, dans les chantiers de construction et de terrassement, au fond des puits de mines, partout où l’enchaîne son devoir, où il court la chance d’une blessure ou de la mort ; acceptant ainsi jusqu’à la plus extrême des conséquences de sa vie de travail. »

En 1880, la Sécurité Générale, à la recherche d’un nouveau développement, sollicite un accord avec le Soleil Incendie. La Sécurité Générale, rebaptisée Soleil Accidents, profite désormais du renom et du réseau commerciale du Soleil et assoit son développement sur les polices d’assurances collectives.
 

Accidents : une deuxième génération avec la Nationale Risques Divers (1920)

nada
Après l’armistice de 1918, de nombreuses sociétés nouvelles se constituent dans le cadre d’une concurrence acharnée. En 1920, le conseil d’administration de la Nationale fonde une troisième société pour la couverture des accidents, la Nationale Risques Divers. La société dispose alors de 356 Agents dont 335 ont déjà commencé à réaliser des affaires. La société étend également ses opérations à l’étranger, notamment en Belgique, en Italie et au Proche-Orient, en Egypte et au Liban.
 

L’extension du groupe Soleil-Aigle : l’Aigle Accidents (1921) et la Tutélaire (1929)

L’extension du groupe Soleil-Aigle : l’Aigle Accidents (1921) et la Tutélaire (1929)
Le groupe des compagnies Soleil et Aigle suit le mouvement : il crée en 1921 l’Aigle, Compagnie d’Assurances et de Réassurances contre les Accidents et Tous Risques. Créé par l’Aigle Incendie, l’Aigle Accidents est géré par l’autre société Accidents du groupe, le Soleil Accidents, en vertu d’un accord signé le 11 mars 1921.

Au même moment, une nouvelle activité se développe : l’assurance maladie. Progressivement, la société prend conscience que la maladie ne relève pas seulement de la fatalité. Ses conséquences peuvent dès lors être prises en charge par l’assurance. En 1929, une compagnie française d’assurances contre les risques de maladie est créée, sous le nom de Tutélaire. Afin de consolider son exploitation (exposée à la récession et la crise économique) sur des bases fortifiées, elle signe en 1936, un accord avec les sociétés du groupe Soleil et Aigle, jusqu’à être entièrement intégrée.
 

La Caisse Fraternelle de Capitalisation (1913), le Soleil et l’Aigle Capitalisation (1920) : une formule d’épargne populaire

La Caisse Fraternelle de Capitalisation (1913)
Au cours de la Belle Epoque, la société française s’enrichit. L’épargne fait un bond en avant. La capitalisation permet à l’épargnant de se constituer un capital par cotisation périodique. Ce dernier lui est versé à terme fixé. Cette forme d’assurance connaît un vif succès auprès d’un public qui apprécie avant tout la prudence. Dans ce nouvel univers de besoins, René de Cuvillier fonde, le 17 décembre 1913, à Lille, la Caisse Fraternelle de Capitalisation, société anonyme française pour favoriser l’économie et l’épargne. Interrompue brutalement par la guerre, l’activité de la société reprend le 1er mars 1919 avec d’excellents résultats. Cette société sera acquise par le GAN pour devenir en 1977 GAN Capitalisation.

A côté de celle-ci, les administrateurs du Soleil Incendie fondent en 1920, deux nouvelles compagnies, le Soleil Capitalisation et l’Aigle Capitalisation.
 

Les débuts de l’assurance-crédit : la Nationale Compagnie d’Assurances Crédit et de Réassurance (1924)

L’assurance des risques du crédit ne s’est réellement développée qu’après la fin de la Première Guerre Mondiale. A partir de 1920, la reprise industrielle crée des besoins de crédits que les banques ne peuvent satisfaire. Par ailleurs, les constructeurs automobiles, Renault, Citroën ou Peugeot, se convertissant à la fabrication en grande série, font appel, pour écouler cette production croissante, à la vente à crédit, qui fait ainsi ses débuts en France. Pour trouver les capitaux nécessaires à la pratique de celui-ci, les constructeurs s’adressent alors aux sociétés qui assurent leur personnel contre les accidents du travail, afin d’avaliser leurs effets à moyen terme contre rémunération.

La Nationale Risques Divers voit un moyen d’accroître rapidement et automatiquement son portefeuille d’assurance automobile et accepte la proposition. Le Groupe Nationale fonde alors, le 4 février 1924, sous le nom de la Nationale Compagnie d’Assurances Crédit et de Réassurance, la première société anonyme française spécialisée dans l’assurance des risques du crédit. Cette nouvelle société propose toute une série de contrats d’assurances crédit garantissant, entre autres, les ventes à crédits d’automobiles, de machines agricoles, de meubles, le crédit à la construction, le crédit à l’exportation, les crédits spéciaux (diamantaires, perliers, joailliers), l’assurance contre les pertes commerciales.
 

La Compagnie Générale de Réassurance (1920) : une protection face à la multiplication des risques

La Compagnie Générale de Réassurance (1920)
Depuis le XIXe siècle, les compagnies d’assurances font fréquemment appel à des assureurs étrangers pour réassurer les gros risques. L’assurance s’internationalise : en 1906, le tremblement de terre de San Francisco ébranle les compagnies, de New York à Londres. En 1920 naît la Compagnie Générale de Réassurance (CGR) issue en réalité de la transformation d’une compagnie préexistante, l’Economique. Cette société anonyme d’assurances et de réassurances à primes fixes contre l’incendie, le chômage, l’explosion de la foudre, du gaz et des appareils à vapeur, fondée le 29 septembre 1906 par des industriels de Roubaix et de Tourcoing, n’acquiert en réalité que peu d’envergure et est remplacée en 1920 par la CGR.

Cependant, les débuts sont difficiles et en 1926, les compagnies du Soleil-Aigle prennent le contrôle de la CGR. A partir de cette date, la Compagnie Générale de Réassurance « a pour objet toutes opérations d’assurances, de réassurances et de coassurances à quelque objet qu’elles appliquent ». En novembre, la CGR passe un accord avec la compagnie du Soleil Accidents. Celle-ci se chargera d’exploiter pour le compte de la CGR la branche d’assurance directe contre les accidents moyennant un partage des bénéfices.
 

Cet article vous a plu ?

Notez cet article

Partagez-le sur

 

En savoir plus sur nous

  • nada

    Naissance d’une compagnie et d’un groupe, la Royale et le Soleil-Aigle

    Le 6 novembre 1786, Etienne Clavière (banquier d’origine genevoise) et le baron Jean de Batz reçoivent du roi Louis XVI l’autorisation de créer une société anonyme d’assurances à primes fixes contre l’incendie. Un an plus tard, le 3 novembre 1787, la compagnie est officiellement baptisée Royale. Il s’agit de la première compagnie d’assurance constitutive du futur Gan.

    Mais la Royale ne survivra pas à la Révolution. Lors d’un discours à la Convention, le 24 août 1792, Cambon attaque les compagnies d’assurances : « il faut les tuer, toutes ces associations destructrices du Crédit Public, si nous voulons rétablir le règne de la liberté ». Fin temporaire… de l’histoire.

  • nada

    Une action symbolique : les nationalisations de 1946

    Après la guerre, la version définitive du GAN nait des nationalisations des plusieurs compagnies d’assurances qui ont participé à l’épopée industrielle en France. Il s’agit de la période la plus palpitante de l’histoire du GAN avec la création d’une grande compagnie d’assurance moderne à la hauteur d’enjeux d’envergure internationale.

  • nada

    Les années 90 et la privatisation

    Les années 90 signe la vague des privatisations des compagnies d’assurances. C’est la période de l’acquisition par Groupama du GAN. Après avoir traversé une période de difficultés financières consécutive à une stratégie offensive d’acquisitions et de gains de parts de marché durant les années 90, le GAN est n juillet 1998, par le groupe Groupama. Le nouveau groupe Groupama est devenu par le biais de ce rachat l'un des plus grands groupes d'assurances français commercialisant ses produits sous trois marques en France : Groupama, Gan et Amaguiz.com.

« 1 »