Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-02 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
img
 

Professionnel et Entreprise > Tous nos conseils > Créer son entreprise > Comment vivre de sa passion et créer son entreprise dans la mode ?

 

Comment vivre de sa passion et créer son entreprise dans la mode ?

[04/01/2018] Francesca Onida-Bauer, créatrice de « Mademoiselle Zingara », avait, dès son plus jeune âge, envie de créer, de transformer, d'assembler de belles matières et d'apporter sa touche personnelle en matière de déco et de mode. Comment passer de la création artistique et de la couture en tant qu’amateur à la vente en boutique de ses propres créations ?

 

Une histoire de rencontres pour oser la création d’entreprise

L’envie de porter des créations uniques pour se différencier des autres a poussé Francesca à se lancer dans la fabrication de sacs à main (elle a créé son 1er sac à 15 ans !).
 
« Le sac à main fait partie des accessoires féminins qui m’inspire particulièrement. L’opportunité  de rejoindre un atelier d’artistes m’a encouragé à aller plus loin.
 
Très rapidement, j’ai organisé mes premières ventes privées et participé à des salons dans l’univers de la création. Le succès et les acheteuses ont été au rendez-vous et ces premières rencontres avec mes clients m’ont donné l’envie de me surpasser ! »
 

De la passion pour la couture à la création d’entreprise dans la mode

2009 : Francesca crée son site vitrine sur Internet. « Une façon de mieux gérer l’organisation de mes ventes privées. C’est aussi l’année qui marque mon passage au statut d’auto-entrepreneur, et donc le début d’une activité plus professionnelle, tout en bénéficiant d’une gestion simplifiée.
 
« Cette étape m’a permis d’assumer, en douceur, le fait de créer ma propre entreprise ».
 

Faire grandir son entreprise, étape par étape

Francesca n’aime pas la précipitation mais face au succès, elle ressent le besoin d’avoir un endroit à elle, un lieu où elle se sente libre et qui lui permette de tisser des liens avec ses clients.
 
2015 : elle se lance en louant un local qui lui ressemble : à la fois un atelier où elle met en avant son savoir-faire et une boutique pour rencontrer ses clients.
 
« J’ai alors dû changer de statut juridique et opter pour l’EURL sur les conseils d’un avocat. Les questions assurantielles se sont aussi posées, je me suis alors appuyée sur mon agent d’assurance de confiance pour lui déléguer ce point. »
 
La marque acquiert une notoriété et elle doit faire face à une augmentation de sa production.
 
« Je me lance dans la recherche d’ateliers de maroquinerie, exclusivement en France. Il me faut faire preuve de beaucoup de persuasion pour trouver des ateliers qui acceptent de produire des petites séries »
 
La recherche de fournisseurs de cuirs de qualité est aussi une quête de longue haleine.
 
Elle va chercher ses matières premières en Italie, visitant de nombreuses tanneries.
 
« J’ai rencontré mes principaux fournisseurs et partenaires au salon « Première vision », (https://www.premierevision.com/fr/), spécialiste des professionnels de la filière mode. »
 

Quels sont vos projets à venir pour la marque Mademoiselle Zingara ?

« Je souhaite développer la marque « Mademoiselle Zingara » dans des espaces multimarques en associant mes sacs à l’univers du prêt à porter féminin. »
 
Originaire d’Italie, Francesca souhaite bien évidemment exporter « Mademoiselle Zingara » à l’international … une aventure à suivre !
 
« L’amore per la bellezza, per lo stile, per l’eleganza, lo devo alle miei origine italiane* »
 
« *L’Italie résonne en moi comme un trésor inépuisable d’inspirations » Francesca
 
Suivez-moi sur :
 

CONSEILS DE L’EXPERT

Noel Blais, Agent général d’assurances à Bourgoin-Jallieu fait le point sur les garanties à prévoir pour assurer sa marchandise quel que soit le lieu de vente.
« Dans le cas de « Mademoiselle Zingara », il y a d’abord la vente en boutique.
Nous sommes dans un cas « classique » de contrat multirisque des professionnels.
Ses marchandises doivent être protégées contre des dommages divers, tels que l’incendie, le dégât des eaux mais aussi le vol.
La valorisation de ses produits fait que le vol est un risque majeur qu’il a fallu prendre en considération.
Des moyens de protection ont été prévus (caméra, rideau métallique …) afin de se prémunir contre ce risque qui aurait de lourdes conséquences sur son activité.
 
Le contrat mis en place comprend aussi la « responsabilité civile d’exploitation »
Concrètement, quel que soit votre secteur d’activité, la garantie responsabilité civile exploitation couvre les préjudices qui pourraient être causés à des tiers dans le cadre de l’exploitation de votre commerce.
 
« Mademoiselle Zingara » devait aussi bénéficier d’une couverture adéquate lorsque ses marchandises sortent de la boutique.
Ventes privées, salons, showroom, nous avons adapté le contrat pour que ses sacs bénéficient du même niveau de protection, quel que soit le lieu de stockage.
 
En conclusion, soyez le plus précis possible dans la description de votre activité lorsque vous rencontrez votre assureur. Charge à lui de proposer des garanties adaptées et de s’assurer qu’il n’y a pas doublon avec d’autres contrats qui pourraient déjà exister par ailleurs. »
 
Noel Blais, Agent général d’assurances à Bourgoin-Jallieu.
Besoin d’un conseil personnalisé ? Contactez-moi !
 

Nos autres articles

  • Des récits de vie pour transmettre son histoire

    Des récits de vie pour transmettre son histoire

    [09/05/2019] Agnès de Reulle aime la diversité. Passionnée d’études et d’apprentissage, elle cumule de nombreuses compétences : l’art de raconter une histoire : la sienne, celle des autres et celle qui va permettre à un professionnel de se démarquer.

  • Comment encourager l’entrepreneuriat féminin en une semaine chrono ?

    Comment encourager l’entrepreneuriat féminin en une semaine chrono ?

    [01/03/2019] Ces dernières années, de plus en plus de femmes se lancent dans l’aventure entrepreneuriale. Mais dans l’imaginaire collectif, ce milieu fait encore écho aux célèbres Mark Zuckerberg, Elon Musk, Steve Jobs ou encore Bill Gates. C’est pourquoi, aura lieu entre le 4 et le 15 mars, la 7ème édition de la Semaine de sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat féminin.

  • Label Ferme ou comment faire de la restauration rapide de qualité ?

    Label Ferme ou comment faire de la restauration rapide de qualité ?

    [18/10/2018] Depuis 2011, Label Ferme propose des salades et des sandwiches sur-mesure dont les ingrédients sont pour la plupart issus de petits producteurs et/ou bio. A la tête de cette enseigne de restauration rapide, quatre jeunes : Benoit Bellonga, Guillaume Santin, Thibault Lefevre et Priscillia Bassi, qui nous raconte leur aventure dans l’entrepreneuriat dans le secteur de la restauration.

« 1 2 3 4 5 6 7 8 9 »

 

Découvrir nos offres dédiées aux professionnels