Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-03 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
Bientôt une nouvelle déduction exceptionnelle pour les investissements industriels des PME ?
 

Professionnel > Je gère mon entreprise > Comptabilité trésorerie > Nouvelle déduction exceptionnelle pour les investissements industriels des PME ?

 

Bientôt une nouvelle déduction exceptionnelle pour les investissements industriels des PME ?

[31/10/2018] Les PME pourraient prochainement bénéficier d’un suramortissement de 40 % sur leurs investissements dans la robotique et la transformation numérique.

 
Les PME (moins de 250 salariés, chiffre d’affaires annuel n’excédant pas 50 M€ ou total du bilan annuel inférieur à 43 M€), soumises à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu selon un régime réel, pourraient bientôt déduire de leur résultat imposable, en plus de l’amortissement classique, une somme égale à 40 % de la valeur d’origine de certains biens affectés à leur activité industrielle.

À noter : cette déduction, pratiquée au cours des exercices clos à partir du 1er janvier 2019, serait répartie de façon linéaire sur la durée normale d’utilisation du bien.

Les biens concernés par ce suramortissement devraient relever de l’une des catégories suivantes :
  • équipements robotiques et cobotiques ;
  • équipements de fabrication additive ;
  • logiciels utilisés pour des opérations de conception, de fabrication ou de transformation ;
  • machines intégrées destinées au calcul intensif ;
  • capteurs physiques collectant des données sur le site de production de l’entreprise, sur sa chaîne de production ou sur son système transitique ;
  • machines de production à commande programmable ou numérique ;
  • équipements de réalité augmentée et de réalité virtuelle utilisés pour des opérations de conception, de fabrication ou de transformation.
 


Dates d’application

La déduction serait applicable aux biens acquis à l’état neuf à compter du 1er janvier 2019 et jusqu’au 31 décembre 2020 qui ont fait l’objet d’une commande ferme à compter du 20 septembre 2018.
Elle s’appliquerait également aux biens fabriqués à compter du 1er janvier 2019 et jusqu’au 31 décembre 2020 pour lesquels la direction de l’entreprise a pris la décision définitive de les fabriquer à compter du 20 septembre 2018.

À noter : seraient aussi visés les biens neufs pris en location dans le cadre d’un contrat de crédit-bail ou de location avec option d’achat conclu à compter du 1er janvier 2019 et jusqu’au 31 décembre 2020.

Et elle concernerait les biens acquis à l’état neuf à compter du 1er janvier 2021, sous réserve qu’ils aient fait l’objet d’une commande en 2019 ou en 2020 assortie du versement d’un acompte d’au moins 10 % et que l’acquisition intervienne dans un délai de 24 mois suivant la date de la commande.
 
 
Publié le 31 octobre 2018
 

Autres actualités...

  • Budget 2019 de la Sécurité sociale : ce qui attend les employeurs agricoles

    Budget 2019 de la Sécurité sociale : ce qui attend les employeurs agricoles

    [30/10/2018] À compter de l’année prochaine, les entreprises agricoles devraient voir leurs charges sociales diminuer.

  • Rendre de la monnaie en cas de paiement par carte bancaire, c’est possible !

    Rendre de la monnaie en cas de paiement par carte bancaire, c’est possible !

    [07/09/2018] Les commerçants sont désormais autorisés à rendre de l’argent liquide à un client qui paie par carte bancaire.

  • année blanche imposition 2018 entreprise

    2018, année blanche pour les dirigeants ?

    [le 07/09/2018] Afin d’éviter un double paiement de l’impôt en 2019 suite à la mise en place du prélèvement à la source, l’imposition des revenus de 2018 sera neutralisée. Mais est-ce vraiment une « année blanche » ?

« 1 2 »