Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-03 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
Actu Agri 2019
 

Agriculture et société

À la une, février 2019 : Les vérités face aux attaques contre la profession, le bilan de la campagne agricole française 2018, le marché des tractoristes, de plus en plus de « firmes agricoles » et la sécheresse 2018...

 

Rappelez quelques vérités face aux attaques contre la profession !

Sans protection des cultures, la moitié de la production agricole mondiale serait inutilisable. Le mildiou de la pomme de terre en 1846 a fait un million de morts ! Même en bio, on traite. Le plus gros employeur de glyphosate en France est la SNCF (30 millions d’€/an).
Le monde agricole a considérablement modifié ses pratiques : il faut le faire reconnaitre. Les trois quarts des molécules chimiques utilisées avant 1993 ne sont plus employées. Dans les années 60, 4 000 personnes mouraient chaque année d’intoxication alimentaire. Quant à l’espérance de vie moyenne, elle ne dépassait pas 65 ans. Aujourd’hui, ces chiffres sont respectivement de 200 et 79 ans.
 

Bilan de la campagne agricole française 2018 

La valeur de la production agricole française a augmenté de 4,7% cette année, pour atteindre 75,2 milliards d'euros hors subventions. (Chiffres de l’INSEE) 
Toutefois, il ne faut pas confondre cet indicateur sur la richesse créée par l'agriculture avec le revenu des agriculteurs qui reste très faible pour la plupart d’entre eux. 
La production végétale tire l'agriculture vers le haut : +8,9% en valeur cette année, notamment grâce à la production de vin (+ 28,5%). Les récoltes de céréales, de légumes et de pommes de terre ont souffert de la météo et de la sécheresse mais la baisse de la production est largement compensée par la hausse des cours (+9,7% pour les légumes, +17,6% pour les céréales et +45% pour les pommes de terre). Par contre, l'augmentation du prix des fruits ne suffit pas à compenser les mauvaises récoltes.
Les éleveurs, quant à eux, ont eu une année difficile : Les prix reculent et les volumes stagnent. En particulier pour l’activité porcine avec la chute des cours de 12,4% dû à la baisse de la demande Chinoise. Les producteurs d'œufs sont également confrontés à une baisse de la production (- 3,4%) et des prix (-4,4%) à la suite de la crise du fipronil.
Pour le lait biologique, 2018 a été une année record avec près de 837 millions de litres de lait bio collecté par les laiteries françaises. 
 

Actualités sur le marché des tractoristes 

Avec 33 151 immatriculations en 2018 contre 38 229 en 2017, le nombre de tracteurs immatriculés, tous types confondus (chargeurs télescopiques inclus), chute de 13,3 %. Seuls les chargeurs télescopiques affichent une hausse de 4,7 %, avec 162 unités de plus que l’année précédente.
Ce sont les espaces verts et les tracteurs étroits qui trinquent le plus. Ils subissent respectivement des chutes de 35,4 % et 27,5 % de leurs immatriculations par rapport à 2017. 
Pour les tracteurs standards le recul de 6 % est donc plus faible mais la baisse est bien réelle. 
A noter également que le tractoriste New Holland prend, cette année, la place de leader avec 18.6% des immatriculations en France. Ce sont les tracteurs spécialisés à certaines types de cultures telles que les vignes, les vergers ou autres qui tirent le marché.
John Deereperd quant à lui sa place de leader occupée depuis 12 ans avec 18.2% des parts de marchés.
 
  Pour information, Fendt continue sa progression avec 13.4% des parts, Claas continue une remontée lente mais régulière avec 11.6% et Massey Fergusson enregistre un recul avec 9.7% des immatriculations. Le reste des parts (28.5%) est celle des autres tractoristes. 
Source : fichier officiel du SIV (système d’immatriculation à vie) du ministère de l’intérieur.
 
 
De plus en plus de « firmes agricoles »
 Le profil des exploitations agricoles évolue, il s’éloigne du modèle familial et tend à épouser les caractéristiques des entreprises des autres secteurs de l’économie (industrielle et/ou commerciale). 
Les produits d’assurance devront donc évoluer en adéquation avec ce modèle d’exploitation, porté par de nouveaux acteurs du type grandes familles d’entrepreneurs, fonds d’investissement, industriels…
Les principales caractéristiques de ces très grosses exploitations reposent sur une multiplicité des unités de prises de décision, un recours plus important au salariat et un niveau d’investissement financier et technologique conséquent… Actuellement, 90% des fermes françaises sont proches du modèle familial contre 10% aux allures de firmes (6% familiales et 4% non familiales : elles concernent surtout la viticulture et la production maraichère). 
Cette agriculture de firme ne paraît pas particulièrement handicapée par la mise en œuvre des règles de protection de l’environnement. Elle semble être en mesure d’y répondre du fait de ses capacités financières et techniques à pouvoir réaliser des investissements pour maîtriser les impacts environnementaux. Elle peut même transformer les contraintes environnementales en nouvelles sources de profit grâce à la méthanisation (cependant, pour le fisc, cette activité relève du revenu commercial). 
 

Sécheresse 2018 : de nombreux départements reconnus au titre des calamités agricoles et des enveloppes abondées

Lors du comité national de gestion des risques agricoles (CNGRA) du le 16 janvier 2019, les dossiers de 14 nouveaux départements ont été examinés. Une enveloppe d’indemnisation de 59 millions d’euros leur a alors été allouée. Celle-ci pourra être ajustée à la hausse, a posteriori, en fonction des demandes éligibles.
Avec les 101 millions d’euros déjà mobilisés en décembre, l’enveloppe globale allouée à la sécheresse de 2018 atteint 160 millions d’euros. Les experts estiment que 600 millions d’euros seront nécessaires. Le ministre de l’Agriculture évoque que des fonds supplémentaires pourront être mobilisés. 
Parmi les 75 départements français touchés par une sécheresse sévère, plus d’une trentaine n’ont toujours pas présenté leur dossier de demande de reconnaissance en calamité au CNGRA. Ils devront donc attendre le prochain du 13 février.
 

Nos actualités pour les agriculteurs

  • article agri

    Gan Assurances présent aux salons agricoles de la rentrée 2019 !

    [12 septembre 2019] Les Agents Généraux de Gan Assurances se mobilisent pour vous accueillir lors du SOMMET DE L’ELEVAGE du 2 au 4 octobre à Clermont Ferrand et du SITEVI du 26 au 28 novembre à Montpelier.

  • Agriculture et société

    Agriculture et société

    À la une, août 2019 : Loi Macron : rappel sur les modifications du code de la route en 2017, Vers une production record de blé, Les services de remplacement (SDR), accessibles à tous les agriculteurs...

  • Agriculture et société

    Agriculture et société

    À la une, avril 2019 : Le contrat de solutions, une nouvelle solution connectée pour le stockage des céréales, Mission Risques Naturels (MRN), L’Agence Qualité Construction et son rôle sur d’alerte sur les composants présentant un risque et les gelées d’avril...

« 1 2 3 4 5 »