Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-02 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
Un homme conduit son véhicule, il assiste impuissant à une averse qu'il tente de surmonter avec ses essuie glaces
 

Particulier > Voiture > Conduire-sécurité > méteo-difficile

 

Conduire dans des conditions météo difficiles

Routes glissantes, manque de visibilité et vitesse élevée multiplient les risques d’accidents lorsque vous conduisez dans des conditions météo difficiles.

 
Pluie battante, plaques de verglas, brouillard épais ou encore bourrasques de vent, les conditions météo difficiles rendent la conduite automobile dangereuse. Rouler moins vite, maintenir une distance de sécurité, avoir un véhicule parfaitement entretenu et vérifier la pression des pneumatiques les pneus permettent notamment de diminuer les risques. Attention, un pneu sur-gonflé est plus dangereux en cas de pluie qu’un pneu sous gonflé.

Pluie : risque d’accident multiplié par deux

Les pneumatiques sont essentiels pour la sécurité, ils sont le seul point de liaison du véhicule avec la route. Lorsqu’il pleut et quand l’eau stagne sur la route, leur rôle est d’évacuer l'eau entre eux et le sol afin d’adhérer correctement à la route.
 
Dans les faits, avec une vitesse trop élevée sur route mouillée, l’eau s’accumule dans les rainures et les pneumatiques ne sont plus en contact avec le sol : c’est l’aquaplaning ! Il faut réagir vite : « Ne freinez surtout pas, débrayez, placez votre regard sur l’endroit où vous voulez aller et agissez sur votre volant en contre-braquant », explique Jean-Philippe Monnatte, directeur général de l'Automobile Club Prévention. 
Des pneus usés à 50 %, c'est 20 % d’adhérence en moins, selon la Prévention routière. Il est conseillé de les faire examiner au minimum tous les ans, dès lors qu’ils sont âgés de plus de 5 ans, ou tous les 30 000 km environ. La pression (roue de secours comprise) se vérifie tous les mois, chez le garagiste ou dans une station-service. 

Neige et verglas : comment éviter le tête-à-queue

Indispensables par temps de neige, les pneumatiques dits « hiver » sont composés d’une gomme spécifique pour conserver leurs performances même en cas de chute de la température extérieure, et de sculptures adaptées pour une meilleure accroche sur la chaussée.
 
Par temps de neige, utilisez vos feux de brouillard arrière. Allumez les feux de brouillard avant quand vous circulez sur des routes enneigées sinueuses et étroites. 
 
Quand vous démarrez, pensez à aligner les roues dans l’axe de la route. Ça patine au démarrage ? Relâchez tout doucement l’accélérateur pour être à la limite du calage, ainsi les roues reprennent de l’adhérence. Sinon, tentez de démarrer en seconde. Et si rien n’y fait, la dernière alternative est de poser les chaînes.
Sur une route verglacée, le réflexe en cas de dérapage est d’appuyer sur la pédale d’embrayage pour que les roues retrouvent de l’adhérence, avant de relâcher tout doucement. 

Forts vents : le klaxon est inaudible 

Au-delà de 50 km/h, un vent peut être qualifié de fort. S’il dépasse les 65 km/h, il est dit violent, donc dangereux. Ce phénomène est particulièrement redouté sur autoroute à cause de l’absence d'obstacles pouvant le freiner. Mais sur une départementale, par exemple, si une forêt peut atténuer sa force, les chutes d’arbres ou de branches sont tout aussi dangereuses. 
 
Première des choses donc, ralentissez et maintenez une distance de sécurité avec le véhicule qui vous précède. Et c’est le moment de tenir fermement votre volant ! Inutile de klaxonner puisque l’avertisseur sonore ne sera pas audible dans ces conditions. 

Brouillard : le phénomène de l’aspirateur

Enfin, qui dit brouillard épais dit mauvaise visibilité, obstacles flous ou cachés et halo lumineux des phares des voitures venant en face. En perdant ses repères, le conducteur a tendance à garder en visuel les phares du véhicule qui le précède, peut être amené à accélérer pour ne pas les perdre de vue et à oublier de respecter la distance de sécurité, au risque de causer un accident. C'est ce qu’on appelle le « phénomène de l’aspirateur ».
Outre de réduire sa vitesse, la conduite par temps de brouillard impose de chercher un repère visuel latéral, comme les bandes blanches sur le côté droit de la route. Évitez de regarder les bandes situées au milieu de la route, car si le conducteur d’en face fait la même chose, cela multiplie les risques de carambolage.
 
Allumez  les feux de croisement et les feux de brouillard avant et arrière. Maintenez une vitesse de 50 km/h en cas de visibilité inférieure à 50 mètres. 
 

Conseil de l'assureur

En présence d'un temps pluvieux, l'assureur vous conseille de respecter les limitations de vitesse et de rester prudent sur la route
L’assurance auto tous risques ne suffit pas toujours en cas de dégâts du véhicule pour cause de mauvais temps. Applicable sous certaines conditions, la garantie événements climatiques est en général incluse dans les formules « tous risques ». 
 

Cet article vous a plu ?

Notez cet article

Partagez-le sur

 

Nos solutions d'assurance pour être "assuré d'avancer"

 

Nos autres articles

  • Un voiture a entretenir se retrouve chez le garagiste, deux hommes reparent les roues du véhicule endommagé

    Sécurité routière : bien entretenir son véhicule

    Bien entretenir son véhicule est une des clés de la sécurité. Vidange, amortisseurs et pneumatiques, trois entretiens à faire régulièrement.

  • Deux hommes sont dans un véhicule, on assiste à un stage de conduite préventive afin de présenteur les dangers de la route

    Stage de conduite préventive : qu’est-ce qu’on y apprend ?

    Améliorer sa conduite, c’est le principe du stage de conduite préventive. Aquaplaning, virage dangereux... Vivez des situations d’urgence pour savoir réagir.

« 1 »