Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-03 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
Des personnes dépendantes peuvent parfois nécessiter le prise de congé d'un des proches afin de s'occuper de cette personne
 

Particulier > Organiser-retraite > Proche-dépendant > congé-proche-aidant

 

Le congé pour aider un proche dépendant, c’est possible !

Vous devez réduire vos heures de travail, voire abandonner complètement votre emploi afin d’aider un proche dépendant ? Optez pour le congé de proche aidant.

 
Anciennement appelé congé de soutien familial, le congé de proche aidant s’adresse à toute personne salariée s’occupant d’une personne handicapée ou en perte d’autonomie d’une particulière gravité. Il est non rémunéré. Comment en bénéficier ? Explications.

Qui peut bénéficier du congé de proche aidant ?

Le congé de proche aidant est ouvert au salarié justifiant d’une ancienneté minimale de 2 ans dans l’entreprise.  
La personne aidée doit résider en France de façon stable et régulière. Elle ne doit pas faire l’objet d’un placement en établissement où chez un tiers autre que le salarié bénéficiant du congé.
Il peut s’agir de :
  • son conjoint, concubin ou partenaire pacsé ;
  • son ascendant ou descendant ou l’enfant dont elle assume la charge ;
  • son collatéral (frère, sœur, tante, oncle, cousin, neveu...) ;
  • toute personne résidant avec le proche dépendant ou entretenant avec lui des liens étroits et stables et qui lui vient en aide.                                                        
Le congé de proche aidant est d’une durée de 3 mois, renouvelable trois fois, dans la limite d’une année cumulée pour l’ensemble de la carrière de l’aidant.
Avec l’accord de l’employeur, le congé de proche aidant peut être transformé en une période de travail à temps partiel.
Pour mettre fin de façon anticipée à son congé (pour cause de décès de la personne aidée, de recours à un service d’aide externe...), le salarié adresse une demande motivée à l’employeur par lettre recommandée avec avis de réception ou par lettre remise en main propre contre décharge.

Comment faire sa demande de congé de proche aidant ?

Pour informer son employeur, le salarié doit lui envoyer, 48 heures avant le début du congé, sa demande par lettre recommandée avec accusé de réception ou par lettre remise en main propre contre décharge, où il indiquera la date souhaitée de son départ en congé. Toutefois, dans certaines situations d’urgence, comme la dégradation soudaine de l’état de santé de la personne aidée ou la cessation brutale d’hébergement en établissement spécialisé, le congé peut être pris immédiatement.
Il faudra alors fournir divers documents à l’employeur :
- une déclaration sur l’honneur précisant que vous n’avez pas eu précédemment recours, au long de votre carrière, à un congé de soutien familial ou, le cas échéant, la durée pendant laquelle vous avez bénéficié de ce congé ;
- une copie de la décision justifiant d’un taux d’incapacité permanente au moins égal à 80 % (lorsque la personne aidée est un enfant handicapé à votre charge ou un adulte handicapé) ;
- une copie de la décision d’attribution de l’allocation personnalisée d'autonomie (APA) au titre d’un classement dans les groupes I et II de la grille AGGIR qui sert à établir le niveau de dépendance (lorsque la personne aidée souffre d’une perte d’autonomie).

Quelle sera la rémunération du proche aidant ?    

Le salarié en congé de proche aidant ne peut exercer aucune activité professionnelle et ne peut prétendre à aucun salaire. Ainsi, le congé n’est ni rémunéré par l’employeur (sauf si certaines dispositions conventionnelles le prévoient) ni dédommagé par la Sécurité sociale.
Toutefois, le proche aidant peut être employé par la personne aidée (sauf s’il s’agit de son conjoint, son concubin ou son partenaire de PACS), à condition que celle-ci perçoive l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) ou la prestation de compensation du handicap (PCH). Elle peut alors employer une ou plusieurs personnes en congé de proche aidant.
 

Conseil de l'assureur

Les congés d'un proche dans le but de s'occuper d'une personne dépendante est souvent positive pour tous comme nous l'affirme l'assureur
Le salarié bénéficiaire du congé de proche aidant est affilié obligatoirement à l’assurance vieillesse des parents au foyer, pour autant que ses ressources ou celles du ménage ne dépassent pas le plafond du complément familial. Rapprochez-vous de votre Agent général Gan Assurances pour en savoir plus.
 

Cet article vous a plu ?

Notez cet article

Partagez-le sur

Vous n'avez pas le role requis pour accéder à cette application.
 

Nos autres articles

  • Un vieil homme apparait comme dépendant puisque il a besoin de  l'aide d'un proche pour se déplacer avec son déhambulateur

    Aider un proche dépendant : comment faire financièrement ?

    Aider un proche dépendant peut mener à un arrêt partiel ou complet de l’activité professionnelle. Il existe des mesures financières pour s’en sortir.

  • Un aide soignant à domicile  vient en aide à cette personne agée qui necessite de la  compagnie et une assitance au quotidien

    Comment organiser l’aide d’un senior dépendant ?

    Il existe des structures, maisons de retraite médicalisées, ou des dispositifs de maintien à domicile, pour accompagner le sénior dépendant selon son autonomie.

  • Pour une personne dépendante, l'aide d'un proche est un apport considérable sur l'aspect phsycologique de la personne fragilisée

    Aidant familial : attention à l’épuisement !

    Devenir aidant familial ne s’improvise pas. Adopter les bons gestes et les bonnes attitudes permet de faire face sans arriver à l’épuisement physique et moral.

« 1 »