Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-03 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
L'ANI est une obligation légale de la complémentaire santé pour tous
 

Franchise > Dossier Franchisé > Comment mettre en place l’Accord National Interprofessionnel ?

 

Comment mettre en place l’Accord National Interprofessionnel ?

Depuis le 1er janvier 2016, chaque entreprise, quelle que soit sa taille, doit proposer à ses salariés un niveau minimum de prestations en matière de complémentaire santé.

 
Une obligation légale qui impose un seuil de garantie

L'ANI, conséquence d'un mouvement inéluctable

Depuis de nombreuses années, la protection sociale connaît un changement majeur en France : un désengagement progressif des acteurs traditionnels de ses régimes (Sécurité sociale et État) et une prise de relais par des organismes privés, tels que les compagnies d’assurance.

Après le parcours de soins coordonnés et les contrats « santé responsable » visant à encadrer la consommation médicale, la généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés n’est qu’une évolution supplémentaire d’un mouvement inéluctable.

Distinguer obligations légales et garantie de confort supplémentaire

Dans le cadre de l’ANI, depuis le 1er janvier 2016, chaque entreprise doit proposer à ses salariés un socle minimum de prestations (intégralité du ticket modérateur, forfait journalier hospitalier, remboursement de frais dentaires et d’optique) qu’elle prendra en charge à 50 %.

Le chef d’entreprise choisira ensuite un assureur lui proposant un contrat conforme (sous peine de perdre ses avantages sociaux et fiscaux) de complémentaire santé (communément appelée « mutuelle ») à sa demande et adapté aux besoins de garanties échangés avec ses salariés.
 
 
 
 

La complémentaire individuelle, argument de fidélisation

L’accord national interprofessionnel (ANI) change la perception du chef d’une petite entreprise au sujet de l’assurance, en particulier au niveau de la protection sociale. Ce qui était auparavant un choix et le fruit d’une motivation personnelle, presque un élément de rémunération complémentaire, est devenu une contrainte légale.

Le chef d’entreprise peut donc décider de valoriser sa relation avec les salariés en leur proposant une complémentaire individuelle plus élaborée, considérée comme un argument de fidélisation.

Associer ses salariés à la réflexion

L’ANI peut se transformer en occasion de conforter le management du chef d’entreprise en étant présentée comme un atout pour sa politique salariale.

Si jusque-là seuls le chef d’entreprise et l’assureur se concertaient sur la protection sociale, il faut désormais associer à ces échanges et à cette expérience l’expert-comptable et même les salariés. Objectif : mieux cerner leurs besoins, proposer le socle ou dénominateur commun le plus adapté à l’ensemble de l’entité professionnelle et des options correspondant à des situations personnelles.
 
 

[Conseil de l'assureur]

L'assureur et l'expert comptable doivent travailler ensemble

Présentez et faites collaborer votre assureur avec votre expert-comptable

Les Agents généraux ainsi que les salariés de Gan Assurances, réseau culturellement expert en protection sociale, collaborent quotidiennement avec les experts comptables dans une relation de confiance historiquement établie depuis plusieurs décennies.

Ils les accompagnent pour mettre en place les contrats de complémentaire santé dans le respect des dispositions législatives ANI et informer les chefs d’entreprise et les salariés sur ce sujet.
 
 

Cet article vous a plu ?

Notez cet article