Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-02 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
la protection sociale du dirigeant
 

Franchise > Dossier Franchisé > Quelles sont les solutions de protection sociale pour le franchisé ?

 

Quelles sont les solutions de protection sociale pour le franchisé ?

Gan Assurances propose des solutions répondant aux carences du système existant comme des alternatives innovantes et souvent peu connues des chefs d’entreprise.

 
l'assureur préconise les solutions de protection sociale pour le dirigeant

L’assureur, expert conseil du chef d’entreprise

Le choix du statut juridique conditionne le statut social du chef d’entreprise, ce qui implique des cotisations et des prestations obligatoires différentes.

Bien le choisir dès le démarrage de l’entreprise peut engendrer des économies importantes et surtout permettre au dirigeant de décider de sa protection sociale.

C’est pourquoi l’assureur doit intervenir le plus en amont possible en accompagnement du chef d’entreprise franchisé.

Prévoir un revenu en cas de perte d'emploi

En option facultative, les franchisés peuvent souscrire, comme les mandataires sociaux, une couverture chômage en cas d’arrêt sous contrainte économique (défaillance d’un fournisseur, cessation d’activité…) : la Garantie sociale des chefs et dirigeants d’entreprise.

Ce dispositif, confié en gestion à Gan Assurances, permet à l’entrepreneur de recevoir sous certaines conditions un revenu en cas de perte d’emploi, ce qui n’est légalement pas prévu à l’origine.
 
 
 
 

Répondre aux carences du système existant

En matière de protection sociale, le chef d’entreprise doit prendre conscience des carences du système existant.

En fonction du statut social retenu (salarié ou TNS), il existe des solutions facultatives d’assurances pour combler les déficits de couverture, aussi bien pour les risques courants (maladie, arrêt de travail) que pour les risques lourds (invalidité, décès…).

Préserver le niveau de vie de ses proches

Pour contribuer à préserver le niveau de vie de ses proches, le chef d’entreprise franchisé peut souscrire à un capital-décès, prévoir une rente viagère pour son conjoint et/ou une rente éducation pour ses enfants afin de leur permettre, par exemple, de mener à bien leurs études.

Au-delà de l’ouverture de droits fondamentaux en matière de protection sociale (maladie, allocations familiales, maternité et retraite), de formation et d’une reconnaissance du travail effectué, le statut du conjoint, selon le choix opéré (associé, collaborateur, salarié), offre de multiples avantages tels que l’amélioration de la protection sociale (voire du patrimoine) et la facilité de transmission.
 

[Conseil de l'assureur]

Garantir les associés en cas de décès

Garantir les associés, notamment en cas de décès

Dans le cas de deux associés entrepreneurs, si l’un d’eux disparaît, l’associé survivant peut désintéresser les héritiers directs en étant accompagné dans le cadre d’un contrat d’assurance décès.

Il demeure ainsi maître de la succession pour l’entreprise, le capital versé permettant de racheter les parts des héritiers.
 
 

Cet article vous a plu ?

Notez cet article

 

Pour aller plus loin

  • les assurances du dirigeant et de son entreprise

    Les 5 niveaux de protection du dirigeant et de son entreprise

    Cinq niveaux de protection concernent l’entité entrepreneuriale et le dirigeant, de l’outil de travail à la Responsabilité civile professionnelle, jusqu’à la mise en sécurité des proches et du patrimoine du dirigeant.

  • L'assurance optimise l'entreprise de son dirigeant

    Comment faire prendre conscience aux franchisés des enjeux de l’assurance ?

    Souvent considérée comme une charge et une formalité à accomplir, l’assurance, si elle est adaptée et optimisée, s’avère un outil générateur de croissance pour leurs commerces.

  • La garantie perte d'exploitation évite la cessation d'activité

    Pourquoi intégrer la garantie "perte d'exploitation" dans son contrat d'assurance ?

    Plutôt que de risquer de subir une double peine (sinistre et fin d’activité), le chef d’entreprise peut optimiser ses chances de rebondir avec la garantie « perte d’exploitation ».

« 1 2 »