Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-02 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
Cession fonds de commerce en franchise
 

Professionnel > gerer-entreprise > Actualités > Cession fonds de commerce franchise

 

Cession d’un fonds de commerce en franchise : le franchiseur peut-il s’y opposer ?

[25 juin 2018] Lorsque le contrat de franchise prévoit un droit de préférence en faveur du franchiseur, le franchisé qui souhaite céder son fonds de commerce doit le lui proposer en priorité.

 
Le franchisé n’est pas toujours libre de céder son fonds de commerce comme il le souhaite. C’est effectivement le cas lorsqu’une clause du contrat de franchise prévoit un droit de préférence au profit du franchiseur. Elle permet ainsi à ce dernier de préserver le périmètre de son réseau de franchise en en contrôlant les sorties et les entrées.
 
En effet, lorsque le franchisé souhaite céder son fonds de commerce, il doit informer le franchiseur de son projet en précisant le prix et les conditions de la vente. La clause prévoit le plus souvent une procédure à suivre avec des formes de notification (lettre recommandée AR par exemple) ainsi que des délais et formes de réponse que le franchiseur doit respecter pour indiquer, à son tour, s’il veut se rendre acquéreur.
 
Si, au mépris de la clause, le franchisé décide de vendre son fonds à un autre acheteur et que le franchiseur l’apprend, celui-ci peut obtenir en justice que la vente soit prononcée à son profit.
 
Dans une affaire récemment soumise aux juges, un franchisé avait informé son franchiseur qu’il souhaitait vendre son fonds de commerce à l’un de ses concurrents. Le franchiseur lui avait alors indiqué qu’il entendait acheter le fonds comme le droit de préférence stipulé dans le contrat qui les liait l’y autorisait. Ce qui n’empêcha pourtant pas le franchisé de réaliser la vente projetée. De son côté, le franchiseur n’hésita pas à faire valoir son droit de préférence en justice. Avec succès et malgré les protestations du franchisé qui considérait que la clause était nulle car elle avait pour effet de restreindre le jeu de la concurrence. Mais pour les juges, le droit de préférence est « parfaitement compatible avec les règles de droit de la concurrence » parce qu’il est la juste contrepartie du « partenariat commercial solide » dont a pu bénéficier le franchisé. Il permet ainsi au franchiseur de « sécuriser ses investissements pendant plusieurs années, en empêchant l’appropriation des effets commerciaux favorables de ce partenariat par un concurrent ».

Publié le 25 juin 2018
 

Cet article vous a plu ?

Notez cet article

 

Autres actualités...

  • vente terrain agricole

    Projet de vente d’un terrain agricole ? Attention au droit de préemption de la Safer !

    [26 juin2018] La vente simultanée de l’usufruit et de la nue-propriété d’un terrain agricole à deux personnes distinctes est soumise au droit de préemption de la Safer, une option qu’elle peut exercer lors d’un projet de vente afin de mener à bien ses missions d’aménagement local.

  • exonération taxe véhicule société

    Êtes-vous concerné par l’exonération de taxe sur les véhicules de sociétés ?

    [21 juin 2018] L’administration fiscale a précisé les modalités d’exonération de la taxe sur les véhicules de société (TVS).

  • essentiel RGPD

    L’essentiel à connaître sur le RGPD

    [Juin 2018] Le 25 mai dernier est entré en vigueur le fameux règlement européen sur la protection des données (RGPD), imposant aux entreprises de revoir en profondeur leur mode de création et d’administration des fichiers qui contiennent des données à caractère personnel. Pourtant, beaucoup d’entre elles ne sont toujours pas en conformité avec ce nouveau dispositif. Comment doivent-elles procéder pour se mettre en règle ?

« 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 »