Build le lundi 11/09/2017 12h53 - prod-restit-02 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8.4 | layout : ! | sitehooks : SP8.4
 
Il est conseillé pour les PME de prendre une aide à l’embauche pour bénéficier de la prime
 

Les aides à l’embauche

Votre activité se développe et vous pensez à recruter un nouveau collaborateur ? Des aides à l’embauche existent pour vous donner un coup de pouce.

 

Une aide à l’embauche pour les PME

Vous êtes une entreprise de moins de 250 salariés ? Jusqu’au 30 juin 2017, vous pouvez prétendre à une aide financière lors de vos prochains recrutements. 
 
Voici les conditions pour bénéficier de cette aide dite « Embauche PME » : 
  • recruter un salarié en CDI, en CDD d’au moins 6 moins, ou en contrat de professionnalisation de 6 mois et plus ; 
  • proposer une rémunération qui ne dépasse pas 1,3 Smic.
 
L’aide « Embauche PME » d’un salarié à temps complet peut atteindre jusqu’à 4 000€ sur deux ans, à raison de 500€ par trimestre. Son montant est proratisé pour un salarié à temps partiel. Cette prime peut être cumulée avec : 
  • la réduction générale des cotisations patronales de Sécurité sociale (réduction Fillon) ; 
  • ou encore le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE).
 
Pour profiter de l’aide « Embauche PME », il vous suffit : 
  • d’adresser votre demande à l’Agence de service et de paiement (ASP) dans un délai de 6 mois après le début du contrat de travail ; 
  • puis de communiquer, chaque trimestre, une attestation justifiant la présence du salarié dans l’entreprise.
 

Une aide à l’embauche pour les jeunes apprentis 

Vous êtes une entreprise de moins de 11 salariés ? 
 
Une aide à l’embauche existe si vous recrutez un apprenti âgé de moins de 18 ans à la signature du contrat. Elle vous permet de recevoir une aide forfaitaire trimestrielle de 1 100€, soit un total de 4 400€ pendant la première année du contrat.
 
Si vous souhaitez demander l’aide TPE jeunes apprentis :
  • rendez-vous en ligne sur le portail de l’alternance (www.alternance.emploi.gouv.fr) dans les 6 mois qui suivent la date de début du contrat ;
  • l’ASP se chargera ensuite du versement de l’aide à l’embauche, sous réserve d’envoyer chaque trimestre l’attestation de l’exécution du contrat.
 

Des aides à l’embauche pour les demandeurs d’emploi

Une aide à l’embauche d’un montant de 2 000€ est accessible, quelle que soit la taille de votre entreprise, pour le recrutement d’un demandeur d’emploi âgé de 45 ans ou plus, en contrat de professionnalisation. Sous réserve de respecter les conditions, vous pouvez vous rapprocher de Pôle Emploi dans les 3 mois qui suivent le début du contrat de professionnalisation. 
 
Cette aide à l’embauche n’est qu’un exemple parmi d’autres dispositifs prévus pour les demandeurs d’emploi. On citera ainsi les contrats Initiative Emploi (CIE), les emplois d’avenir ou encore les contrats de génération. 
 

Autres aides à l’embauche spécifiques

Différentes aides à l’embauche existent, sous conditions, pour des publics ciblés, comme les personnes handicapées notamment, avec l’aide au suivi post-insertion d’une personne handicapée sortant d’ESAT, l’aide à l’insertion professionnelle…
 
Recruter dans des zones en difficultés donne également droit à des aides à l’embauche. Celles-ci peuvent prendre la forme d’exonérations fiscales et/ou sociales, selon si vous êtes installé dans une zone de revitalisation rurale (ZRR) ou encore un bassin d’emploi à redynamiser (BER). 
 

Conseil de l'assureur

Conseil_Assureur
 
Recrutez… puis assurez vos nouveaux collaborateurs !
Depuis le 1er janvier 2016, vous êtes tenu, en tant qu’employeur, de proposer une complémentaire santé à tous vos salariés. Au fur et à mesure que  vos équipes s’agrandissent, pensez à faire régulièrement le point avec votre Agent général afin de toujours proposer une couverture en phase avec les profils et les besoins de vos différents collaborateurs.
 
 

Cet article vous a plu ?

Notez cet article

Partagez-le sur

 

Nos solutions pour être "assuré d'avancer"

 

Nos autres articles

  • Calendrier déclarations entreprises BER

    Bassins d’emploi à redynamiser : quelles déclarations effectuer ?

    [le 30/08/2018] L’entreprise bénéficiant d’une exonération de cotisations sociales en raison de son implantation dans un BER doit transmettre, à l’Urssaf et à la Direccte, des déclarations des mouvements de main-d’œuvre selon un calendrier variant en fonction de la date d’implantation de l’établissement.

« 1 »